Comment tenir compte du support logiciel lorsqu’on choisit un SOM

C'est le logiciel qui rend possible l'exploitation efficace du processeur. Il faut donc absolument s'assurer qu'il ne sera pas un frein lors d'un projet.

Bien choisir un SOM/SBC en fonction du support logiciel

i.MX6 Systeme On Module

Lorsqu’on choisit un Systeme On Module (SOM) ou un Single Board Computer (SBC) on pense d’abord à ses capacités et à son prix. Seulement voilà, le logiciel du SOM fourni par défaut ne sera pas nécessairement le plus pérenne ni le plus efficace pour optimiser le temps de développement. Le résultat est souvent un système non sécurisé et moins performant. Voici quelques pistes pour éviter cette situation dans le cas de systèmes basés sur Linux.

Le support logiciel du processeur un élément clé pour choisir un SOM

L’élément principal de votre système est le processeur, le support logiciel de votre produit repose donc sur celui-ci. Vous utiliserez bien sûr d’autres composants (Wi-Fi, Bluetooth, écrans, capteurs, etc) dont il faudra aussi en tenir compte.

Le support logiciel du processeur fourni par son fabricant

Le fabricant du SoC (System on Chip) fournit toujours un système de base qui doit fonctionner avec son processeur. Il s’agit souvent de versions de Linux modifiées, parfois profondément. Si elles sont fonctionnelles, ces versions posent néanmoins plusieurs problèmes :

  • elles sont parfois basées sur des versions assez anciennes de Linux
  • elles ne sont pas toujours mises à jour régulièrement
  • il n’y a pas de garantie concernant la durée du support

Utiliser une ancienne version de Linux (ou d’un autre OS) est possible si l’on s’assure que tous les pilotes des autres composants de votre produit existent pour cette version.

À moins que votre système ne soit pas connecté et n’ait aucune chance d’être cible d’un piratage, disposer de mises à jour régulières du système d’exploitation est indispensable. En plus d’améliorer les performances et d’ajouter de nouveaux pilotes, ces mises à jour permettent de maintenir un niveau de sécurité élevé.

On trouve le support logiciel des processeurs sur le site de leur fabricant, par exemple TI et sa gamme Sitara AM335X software ressources page

Pensez bien à vérifier que :

  • les mises à jour du constructeur sont régulières
  • la version de Linux fournie n’est pas trop ancienne et s’appuie une version dite longterm sur le site des archives de Linux.

Les versions Linux longterm (dites LTS : Longterm Support) sont maintenues pendant au moins 2 ans par la communauté et parfois plus.

Évaluer le support logiciel du fabricant du SOM ou SBC

Les fabricants fournissent pratiquement toujours un support logiciel de base (BSP, Board Support Package) qui utilise en général celui du fabricant du processeur. Il y a donc un décalage dans le temps entre les versions fournies pour le processeur et celles du SOM. Il est primordial de s’assurer qu’il reste limité et que la régularité des mises à jour est également au rendez-vous.

Souvent, ces BSP sont une bonne base de départ (en phase de prototypage) que l’on personnalise ensuite pour y ajouter la configuration de ses propres composants et la version choisie de Linux.

Le cas idéal : un processeur supporté officiellement dans Linux

Linux est un projet très actif : une nouvelle version majeure tous les 2-3 mois, des milliers de contributeurs à chaque version et surtout des milliards d’utilisateurs. À chaque version, il est amélioré, corrigé et le support pour de nouveaux composants matériel est ajouté.

C’est donc idéal de pouvoir utiliser un noyau officiel dit « upstream » qui offre de nombreux avantages :

  • derniers correctifs de sécurité
  • amélioration continue des performances
  • corrections de bugs
  • assurance de disposer de mises à jour aussi longtemps que nécessaire
  • support et aide de la communauté
  • indépendance vis-à-vis du support par défaut fourni par les fabricants du processeur et du SOM

Néanmoins, opter pour un noyau officiel implique quelques vérifications. Parfois, le support officiel n’implémente pas toutes les fonctionnalités du SoC, en particulier s’il nécessite du code propriétaire ou pour des raisons de licences. Il faut également s’assurer que le processeur et les composants disposent bien des pilotes nécessaires, en particulier pour les composants Wi-Fi.

Choisir un SOM, en résumé

En choisir un SOM ou un SBC, vérifiez bien que :

  • la version de Linux est compatible avec les composants utilisés
  • d’un minimum de mises à jour de sécurité régulières pendant tout le cycle de vie du produit
  • votre processeur est supporté officiellement par Linux

Besoin de conseils pour choisir votre SOM ? N’hésitez pas à nous contacter !

Openest